Retour Accueil   Archives

Le Saint du Jour

 

28 novembre

 

   Sainte Catherine Labouré  (1806-1876)

 

Leçon du Bréviaire Romain

 

Elle était la huitième d'une famille de dix enfants. Ses parents étaient des paysans assez aisés de Bourgogne. Elle n'avait pas neuf ans quand sa mère mourut et, très vite, elle fut obligée de travailler dur. En 1818, l'aînée était devenue fille de la Charité, mais quand Catherine manifesta le désir de faire de même, son père s'y opposa farouchement. Ce n'est qu'à vingt-trois ans qu'elle réalisa sa vocation.
La jeune novice tut envoyée rue du Bac, à Paris. Le 19 juillet 1830, dans la chapelle du couvent, la Sainte Vierge lui apparut. Elle lui apparaîtra plusieurs fois au cours des années suivantes. Le 27 novembre, elle lui demanda de répandre dans le monde chrétien une médaille frappée à son effigie sur l'avers de celle-ci, elle est représentée étendant les mains, distribuant ses grâces et autour d'elle on peur lire : e O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous sur le revers, un grand M est dessiné, surmonté d'une croix et les deux cœurs, l'un couronné d'épines, l'autre percé d'un glaive.
Catherine ne s'était confiée qu'à son directeur et à sa supérieure, en exigeant d'eux qu'ils ne parleraient d'elle à qui que ce fût, ce qu'ils firent. Mais ils prirent au départ ces visions pour un jeu de son imagination. Alors elle baissait la tête et se taisait. Comment penser à une hallucinée ? Une fille si effacée qui promettait avec assurance la protection spéciale de la Vierge Elle passa plus de quarante ans à l'hospice d'Enghien, chargée successivement de la cuisine, de la lingerie, de la basse-cour, des soins aux vieillards et de la conciergerie. Personne ne savait qui elle était, seul le message se répandait à travers le pays.
 
La médaille miraculeuse
La médaille est frappée au milieu de 1832. Elle connaît vite une très grande diffusion. Elle est bientôt appelée médaille miraculeuse s tant est grand le nombre des guérisons et des conversions qui lui sont attribuées. En même temps la communauté des filles de la Charité connaît un renouveau étonnant et des pèlerinages s'organisent rue du Bac. Sœur Catherine Labouré mène une vie cachée.
Catherine mourut le dernier jour de 1876. La supérieure, sûre de sa sainteté, était venue lui confier ses suppliques pour le ciel. Ce n'est qu'à partir de ce jour qu'elle fut connue comme la dépositaire des messages de la Vierge. Elle fut béatifiée en 1933 et canonisée en 1947. Le culte de la médaille miraculeuse est toujours très vivant.