La Pensée du Jour

 

16 juin 2008

 

  « Associer des créatures à sa béatitude, en les faisant participantes dans l’Esprit-Saint de sa propre nature et membres de son Fils bien-aimé, telle était, disions-nous, la miséricordieuse pensée du Père ; tel est le but où tendent les efforts de la Trinité souveraine. Or, voici qu’apparaît Celui qui vient par l’eau et le sang, non dans l’eau seule, mais dans l’eau et le sang, Jésus-Christ ; et l’Esprit, qui de concert avec le Père et le Fils a déjà sur les bords du Jourdain rendu son témoignage, atteste ici encore que le Christ est vérité (I JOHAN. V, 6), quand il dit de lui-même que la vie est en lui (JOHAN. V, 26, etc). Car c’est l’Esprit, nous dit l’Evangile (Ibid. VII, 37-39), qui sort avec l’eau du Cœur sacré, des sources du Sauveur (ISAI. XII, 3), et nous rend dignes du sang divin qui l’accompagne. L’humanité, renaissant de l’eau et de l’Esprit, fait son entrée dans le royaume de Dieu (JOHAN. III, 5) ; et, préparée pour l’Epoux dans les flots du baptême, l’Eglise s’unit au Verbe incarné dans le sang des Mystères. Vraiment sommes-nous avec elle désormais l’os de ses os et la chair de sa chair (Gen. II, 23 ; Eph. V, 30), associés pour l’éternité à sa vie divine dans le sein du Père. »


Dom Guéranger,
         La fête du Sacré-Cœur.
 

Retour Accueil   Archives